Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 09:47

A la lecture de cette délibération et du tableau des suppressions d’effectif qui nous est soumis ce soir. Je me suis livré à une analyse des différents programmes des composantes de votre majorité sur la question de la santé à Colombes.

Pour l’UDI il n’y a rien de significatif dans ce domaine il est inutile de s’y attarder sauf qu’en ne disant rien les élus de ce parti montrent l’importance qu’ils attachent à la santé et ils sont sûr de ne pas renier leurs engagements puisqu’ils n’en ont pas sur ce sujet.

Pour le programme de la relève (modem, centre, nous citoyens …) je cite :

« LA SANTE, UN DROIT POUR TOUS, VOUS AIDER A LA PRESERVER EST NOTRE DEVOIR » une bien belle devise qui part de votre constat de la présence trop faible de professionnels de santé et qui met en avant le risque de voir notre ville devenir un désert médical sans un engagement fort de la municipalité.

Les élus de cette mouvance ici présents avaient la volonté d’agir pour assurer l’accès aux soins pour tous les Colombiens allant même jusqu’à la mise en place d’une maison de santé sécurisée accessible à tous 7jours sur 7 pour apporter des soins de proximité.

Pour l’UMP qui a dans cette assemblée la plus forte représentation le constat est écrit en gros dans leur programme je cite :

« LES URGENCES DE L’HOPITAL LOUIS MOURIER SONT SARUREES ET ON CONSTATE UNE PENURIE DE MEDECINS. »

L’enjeu est donc un accès à la santé pour tous, notamment les plus défavorisés avec l’engagement de créer une maison médicale de garde.

Que de belles intentions mais les temps changent car en 9 mois de gouvernance de notre ville vous avez accompli un miracle puisque le constat s’est complètement inversé et qu’il n’y plus de pénurie de médecins, les urgences de Louis Mourier sont d’une fluidité exemplaire, le manque de professionnels de santé n’est plus qu’un mauvais souvenir et bien entendu l’accès aux soins pour les plus défavorisés est parfaitement garanti.

De qui se moque-t-on ?

9 mois de gestation pour renier toutes vos promesses, vos engagements, vos écrits et vos convictions

9 mois de gestation pour accoucher du démantèlement d’un centre municipal de santé utile à tous et qui accueille 6000 personnes dont 4000 Colombiens.

Comment est-il possible qu’aucun élu de votre majorité ne s’indigne et vote contre ce tableau des effectifs qui voit la suppression de 21 postes liés à santé.

Comment vous les élus de la liste de Mr TRUPIN pouvez vous renier purement et simplement le premier engagement de la charte de votre programme je cite :

« Je m’engage à afficher clairement mes valeurs, mes convictions, mes idées et je développe mon projet politique en n’acceptant aucun compromis qui serait de nature à les trahir »

Un peu de courage chers collègues ça fait du bien et c’est bon pour la santé.

Pour mémoire je vous cite aussi ce qui figurait dans notre programme de la gauche et qui justifie notre soutien sans faille aux opposants à ce démantèlement du CMS.

Je cite « Le centre municipal de santé reste le pivot de notre politique de soins de proximité »

Contrairement à vous nos convictions n’ont pas changées et nous soutiendrons activement tous les acteurs et patients du CMS pour préserver tous les services de cet outil indispensable dans notre ville.

Pour conclure, Madame le Maire, je souhaite savoir quand a eu lieu le CTP où ces modifications du tableau des effectifs ont été soumises à l’avis et au vote de celui-ci et avoir copie du PV de cette réunion. Pouvez vous par ailleurs nous expliquer pourquoi sur la délibération ne figure pas la mention légale VU L’AVIS DU COMITE PARITAIRE TECNIQUE en date du …….. comme c’était le cas lors des mêmes délibérations des Conseil municipaux de novembre et septembre. Au regard de cette différence de traitement et de présentation d’une même délibération à un mois d’intervalle permettez moi d’avoir quelques soupçons sur la méthode et sur le respect des instances de dialogue avec les représentants des personnels de notre collectivité. Je sais bien et je le redis haut et fort que le personnel est pour votre majorité la variable d’ajustement conduite au pas de charge puisque depuis le mois de septembre c’est 78 suppressions de postes pour 37 créations soit un delta négatif de 41 postes.

Je vous demande donc de retirer cette délibération au risque de la faire invalider par le contrôle de légalité.

Published by pcf colombes
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 09:28

Vœu du groupe des élus communistes de Colombes.

Nous avons récemment pris connaissance de la nouvelle carte des Réseaux d’Education Prioritaire définie par le gouvernement.

 A Colombes,  les conséquences sont lourdes car le réseau du collège Gay Lussac sort de l’éducation prioritaire.

 De ce fait,  les écoles maternelles Reine Henriette et Ambroise Paré, les écoles élémentaires Ambroise Paré A et B et le collège Gay Lussac sortent de l’éducation prioritaire et verront donc les moyens alloués par les services de l’Education Nationale diminuées : Ce qui induira une augmentation du nombre d’élèves par classe, la diminution voir la disparition de dispositifs permettant de répondre aux difficultés des plus fragiles.

 

Cette décision est injuste car elle ne tient pas compte de la réalité de terrain à laquelle sont confrontées  les équipes de ces établissements.

Par ailleurs, elle découle d’une logique comptable délétère qui part des moyens mis à la disposition de l’éducation prioritaire et non des besoins des établissements.

 Le pendant médical à cette situation  consisterait à dire que seuls les malades les plus atteints devraient recevoir un traitement.De par cette approche les établissements sont mis en concurrence  et l’on répond aux besoins des établissements  les plus difficiles en retirant à ceux qui le sont moins mais qui pourtant connaissent de réelles situations sociales et éducatives justifiant leur appartenance à l’éducation prioritaire.

 L’éducation est une priorité, ce sont   les besoins qui doivent définir les moyens et non l’inverse.

Il est inconcevable qu’au moment où les indicateurs sociaux montrent l’aggravation de la situation dans notre pays,  d’assister à une diminution des moyens de lutte contre les échecs scolaires.

 Dans le même temps la démographie va amener une augmentation automatique du nombre d’élèves dans les lycées  sans professeurs supplémentaires, les classes seront surchargées et entraineront  donc une conséquence négative dans la formation.

 

L’avenir de nos enfants est en jeu.

 

Dans cette situation notre municipalité a aussi son rôle à jouer.

 Les écoles du réseau Gay Lussac du fait de leur classement touchaient une dotation supplémentaire de la ville.

Nous demandons le maintien de cette dotation afin d’éviter aux Familles concernées une double sanction insupportable à nos yeux.

Nous soutenons les mouvements des parents d’élèves et des équipes pédagogiques qui dénoncent cette situation et combattent cette politique.

Nous invitons les élus au  conseil municipal à adopter ce vœu qui sera adressé au gouvernement.

Published by pcf colombes
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 09:20

Madame le maire

 

Dans notre ville depuis de nombreuses années avec le comite de défense de l’hôpital louis Mourier nous  contestons  la politique  de réforme de l’offre de santé qui s’appuie sur des données économiques pour réduire l’offre de soins.

Cette réduction de l’offre de soins  que nous avons combattus pendant la mandature de Sarkozy s’est malheureusement  poursuivie avec  le gouvernement actuel.

Avec la politique gouvernementale de casse de la médecine du travail, des hôpitaux publics, de fermeture de services, c’est déjà près de 20% de la population nationale qui renonce à se soigner.

Nous continuons de combattre cette politique, tout en mettant en avant le rôle complémentaire des CMS et qui sont  quelquefois l’unique lieu  de  soins pour beaucoup de nos concitoyens et donc les Colombiens.

Le service public local joue à cette occasion un rôle déterminant C’est entre autres pour ces raisons  que dans notre ville nous n’avons pas réduit  l’offre de soins du CMS de Colombes.

 Au contrainte  nous l’avons modernisé, pour mieux répondre aux  demandes  et améliorer l’accueil des patients.

Vous vous appuyer sur les contraintes budgétaires pour supprimer des prestations. Nous avons pu mesurer  que  ces arguments  ne valent pas  dans d’autres domaines.

Il n’y a  donc pas automaticité de transcription des mesures d’austérité

D’autres villes proche de nous,  je pense à Gennevilliers, Asnières  ou Nanterre qui accueillent des Colombiens et qui subissent les mêmes contraintes et  maintiennent l’offre de soins.

Il est donc possible de faire autrement et d’éviter aux Colombiens la double peine que vous leur infliger en cassant la politique de service de santé publique par la suppression  des services spécialisés (dermatologie, ORL, rhumatologie, radiologie, mammographie, cardiologie, dentaire..) du Centre Municipal de Santé (CMS).

Votre  décision unilatérale ne prend pas en compte la diminution des praticiens libéraux dans la ville.

Cette double peine, nationale et locale, risque d’augmenter le nombre de personnes ne pouvant se soigner,  cela  peut conduire à un risque sanitaire majeur.

 Nous  nous  inscrivons pleinement dans l’action  et dans  le soutien actif au comité de défense du CMS de Colombes.

Mais nous ne nous contentons pas de contester et combattre votre politique, nous interpellons également le gouvernement.

Nous allons vous donner lecture que  BGM notre collègue sénatrice à écrit au ministre de la santé.

Madame la ministre.

Je souhaite attirer votre attention sur la situation du centre municipal de santé de Colombes (CMS) dans les Hauts de Seine.

La nouvelle municipalité UMP et son Maire, Madame Goueta, viennent de décider unilatéralement la suppression des consultations de spécialistes de ce centre de santé.

Or, ce centre, ouvert à tous les habitants, représente une offre de santé de proximité irremplaçable dans un quartier défavorisé, délaissé par les médecins et où les indicateurs de santé sont préoccupants par rapport à la moyenne départementale et nationale.

La suppression annoncée des consultations de spécialistes -  radiologues, dermatologues, rhumatologues, cardiologues, oto-rhino-laryngologistes et dentistes - suscite un grand émoi car elle va créer un désert médical à Colombes en éliminant de la carte sanitaire un maillon essentiel de l’accès aux soins pour les habitants et tout particulièrement les plus précaires.

D’autant que les hôpitaux Max Fourestier de Nanterre et Louis Mourier de Colombes, à proximité, et auprès desquels les patients seront susceptibles de se tourner, subissent de plein fouet les réorganisations et restrictions engagées depuis la loi HPST, dite loi « Bachelot » sur laquelle votre gouvernement n’est pas revenu.

 Ces deux hôpitaux, pas plus que les médecins libéraux de la ville, ne pourront dans ces conditions faire face à l’engorgement conséquent qui va découler de la suppression de ces spécialistes.

 Le centre municipal de santé   a  en effet, en charge plus 6000 patients, dont 4000 colombiens.

Ces fermetures sont d’autant plus scandaleuses que le centre a bénéficié d’importants investissements pour sa rénovation, plongent donc les administrés dans l’incertitude. Les malades s’inquiètent quant à la continuité de leur prise en charge médicale.  Cela suscite un fort mécontentement partagé par de très nombreux Colombiens. C’est ainsi, que samedi dernier, un millier de personnes a participé à une manifestation pour exiger le maintien des spécialités du centre municipal.

Les raisons invoquées par la municipalité pour justifier ces fermetures sont d’ordre financier. Ainsi, la majorité municipale UMP n’hésite pas à invoquer la réduction des budgets publics et le rationnement de la dépense des collectivités territoriales décidé par le gouvernement pour justifier cette décision.

Vous remerciant par avance de l’attention accordée à ce courrier et de toute initiative que vous pourrez prendre pour permettre une issue positive, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes salutations distinguées.

Brigitte GONTHIER-

Dans l’attente de la réponse  de la ministre,  la lutte  continue contre votre décision de fermeture injuste et nous appelons la population à rester mobilisé

Published by pcf colombes
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 09:09

Convention de coordination  police nationale municipale.

La convention n’appelle pas de  remarque particulière dans la mesure où les périmètres sont définis. Les objectifs définis et priorités  sont celles que nous avions initiées en partenariat.

Je commencerai notre intervention en revenant sur la séance plénière du CLSPD du 3  Décembre.

 Je tiens à remercier  les acteurs de terrain qui se trouvaient avec nous ce jour la.

Dans des conditions de plus en plus difficiles,  ils agissent au quotidien en partenariat  pour  répondre aux mieux  aux besoins de nos concitoyens.

Un des intervenants à insisté sur  la crise et ses conséquences dans la vie de nos concitoyens.

L’absence de réponses politiques et économique à la crise qui dure et qui exclut   entraine des comportements déviants dont les principales victimes sont dans les villes populaires.

 C’est un constat, mon propos n’est pas d’excuser ces comportements,  ils doivent être sanctionnés,  la sécurité et la tranquillité de nos concitoyens assurés.

Et chaque acteur dans son rôle, concourt en fonction des circonstances à mettre en œuvres les actions adaptées.

Lors d’un précédent conseil nous avions convenu que cette question de sécurité et du périmètre d’intervention des différentes  institutions  pourraient faire l’objet d’un débat.

Cela me semble indispensable pour clarifier la situation d’autant plus  qu’au cours  du CLSPD,  nous avons eu un échange  autour du rôle et périmètre d’intervention de la police municipale et de la police nationale.

Une certaine  confusion sur  les  rôles  est apparue en   séance.

Votre directeur  à  affirmé qu’il y avait une  subordination   de la police municipale à l’autorité nationale,  avant être démenti avec un flottement.

Cet  événement laisse penser  que ces questions   ont  peut être  été évoquées.

S’agit-il d’une stratégie de lancer un sujet et de voir la réaction.

 Où votre  perception de la mission entraine de la confusion.

Le préfet au cours de cette séance à lui été très clair de son côté.

Dans le document que vous nous présentez l’article 14 est sans équivoque sur ce sujet.

Puisque nous sommes sur ce sujet nous voulons réaffirmer notre position sur le rôle des uns et ces autres.

Je vais commencer par des extraits d’un  rapport présenté au  Sénat le 16 juin, dans le cadre  d’une proposition de loi visant à créer des polices territoriales.

Je vais rependre les éléments concernant la police nationale.

"Ils ont surtout commencé par dresser le constat des dérives qui découlent du désengagement progressif de l’État en matière de sécurité dérives qui touchent aux fondements mêmes de notre République, pour reprendre leurs propre termes.

le rapport dénonce à juste titre la diminution progressive des effectifs de police nationale au cours des dernières années et le retrait des forces régaliennes du territoire, que les maires soucieux de la sécurité des citoyens, sont contraints de compenser par le renforcement de leurs services de police municipale.

Les élus constatent chaque jour les conséquences de cet abandon, qu’ils se voient contraints de pallier par diverses mesures, qui entraînent toutes, pour les budgets locaux des charges supplémentaires auxquelles ils ne peuvent souvent faire face qu’avec difficulté.

Inéluctablement, vont perdurer les inégalités entre nos concitoyens devant la sécurité en fonction des moyens dont disposent les communes.

Ces propos confirment  ce que nous dénonçons depuis de nombreuses années.

Les transferts de mission régaliennes vers les collectivités, accroit les inégalités dans les territoires  et vient amplifier les dotations inégales des effectifs de  polices nationales en diminution constantes dans notre ville.

C’est pour ces raisons que nous avons dans la précédente majorité adopté des vœux demandant des forces de polices nationales  supplémentaires,  e t de réorienter la police municipale vers des missions de préventions de tranquillité et de proximité.

Nous continuerons d’exiger le renforcement des effectifs.

Concernant les actions de notre commune nous partageons la volonté de s’appuyer sur les acteurs de terrains.

Dans ce domaine la prévention est un axe  qui doit être renforcé nous ne le percevons pas suffisamment. Quels  sont les axes essentiels  de votre politique  en matière de préventions.

Allez-vous maintenir les actions déjà engagées dont certaines ont obtenues des résultats saluées par les habitants.

Je pense en particulier  au travail conduit en partenariat police nationale municipale et les acteurs de terrains de CHP avec les habitants et l’amicale de locataires qui ont permis de retrouver une certaine tranquillité reconnue par les locataires.

 Cependant nous avons que dans ce domaine il faut sans cesse sur le métier remettre l’ouvrage, nous vous invitons bien évidemment à poursuivre  ces relations

Nous sommes très interrogatifs sur le concept de voisins vigilants, qui de mon point de vue  si nous nous appuyons sur les dispositifs existants n’amènera rien de plus. Si ce n’est de la suspicion et des reflexes de délations.

 L’histoire montre que ces dispositifs ne sont pas efficaces

Vous avez  pris la décision de réarmer la police municipale.

 Cette décision  est grave,  elle s’inscrit dans la confusion il n’y aura plus pour nos concitoyens de différence entre  la police municipale et la police nationale et  nous  sommes naturellement opposés à cette mesure qui va entrainer un surcout supplémentaire.

La encore des municipalités dont les policiers étaient armés ont pris la sage décision de les désarmer.

Je vais conclure mon intervention, vous dites que le désengagement du gouvernement vous impose de pallier à ces carences,   nous ne vous reprochons pas votre préoccupation pour la  tranquillité des colombiens

Vous compensez le désengagement du gouvernement qui ne date pas d’aujourd’hui.

Nous avons exprimé notre point de vue sur les dotations nouvelles à la police municipale

Permettez-moi cependant de faire le parallèle avec un autre sujet.

Vous réduisez l’offre de soins du CMS en vous réfugiant derrière le désengagement du gouvernement.

Je vous propose à minima d’avoir la même préoccupation de soins et de sécurité envers les Colombiens et de maintenir l’ensemble de l’offre de sois au CMS.

Il a donc bien deux poids deux mesures  dans votre politique municipale.

Si pour vous la sécurité n’as pas de prix pour non  nous pensons que la santé n’as  la santé n’as pas de prix.

 

Published by pcf colombes
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 14:13
MANIFESTATION 6 Décembre à 14 heures devant CMS de Colombes

Pour le maintien des consultations spécialisées, dentaires et de la radiologie au CMS de Colombes afin de préserver l'accès aux soins des Colombiens et Colombiennes quelles que soient leurs ressources. Non à la fermeture programmée du CMS.

Samedi 6 décembre 14 h00   manifestation pour le maintien du CMS (Centre Municipale de sante)  Départ depuis le 267 bis rue des Gros Grès vers le parvis de la Mairie Colombes.

 

Pétition en ligne :

https://www.change.org/p/nicole-goueta-pour-le-maintien-des-consultations-sp%C3%A9cialis%C3%A9es-dentaires-et-de-la-radiologie-au-cms-de-colombes-afin-de-pr%C3%A9server-l-acc%C3%A8s-aux-soins-des-colombiens-quelles-que-soient-leurs-ressources-non-%C3%A0-la-fermeture-programm%C3%A9e-du-cms-ni-en-2005-ni-e?recruiter=190430941&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=autopublish&utm_term=des-lg-no_src-no_msg   

Published by pcf colombes
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 12:43

Madame la Maire, chers collègues

Je veux porter à la connaissance de l’assemblée et des Colombiens,  ce que subissent les locataires restants au 32 34 Europe.

La sécurité du bâtiment n’est pas assurée correctement des incidents se multiplient :

Fuite de Gaz avec les conséquences que vous pouvez imaginer en cas d’explosion, les pannes  d’électricité, d’ascenseur.

 La nuit de mardi à mercredi une fuite d’eau dont on ne connait pas exactement la cause peut être une intrusion extérieure, est venu s’ajouter aux  nuisances et souffrances insupportables que subissent les locataires.

 Je tiens à souligner que  malgré toutes ces épreuves, le calme la mobilisation  et la détermination des locataires à se faire entendre et respecter.

J’insiste sur le mot respect.

Le bailleur I3F à la capacité d’accélérer le relogement pour ensuite sécuriser totalement le bâtiment et terminer la démolition dans les meilleurs délais.

Mercredi matin alors que le dialogue semblait évoluer dans un sens positif, I3F a mandaté des huissiers, qui sont venus accompagné de forces de police intimider et menacer les locataires, je parle des huissiers, ce n’est pas comme cela qu’on améliore le dialogue.

Ce comportement est inadmissible j’étais naturellement  avec  d’autres colombiens à leur coté pour les soutenir.

La raison et le calme des locataires ont fini par s’imposer.

 Il faut que cela cesse, et que le dialogues constructif prenne sa place.

 Vous pouvez madame le maire intervenir pour soutenir les locataires et insiter I3F à reloger les locataires, Il faut évidemment leur faire des propositions en adéquations avec  leur souhait et en tenant comte de la composition familiale, car il n’est pas  inutile de le rappeler ils n’ont pas demandé la démolition.

Published by pcf colombes
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 12:41

Il s’agit là d’une délibération qui ne sert qu’a valider une décision prise et effective puisque dans Colombes le mag , sur tous les supports d’information et même sur la façade du cinéma le nouveau nom est déjà en place.

Une simple décision aurait été plus cohérente.

Je souhaite quand même que Monsieur Nicot nous explique son interview dans Colombes le mag et nous dise (puisqu’il remercie chaque Colombien ayant participé à la recherche d’un nouveau nom)

Quand et comment  les colombiens ont été amené à faire des propositions de  nom pour notre cinéma ?

Car vous le savez je rencontre moi aussi beaucoup de nos habitants passionnés par le cinéma et aucun d’entres eux n’a été informé voir sollicité pour contribuer à cette recherche.

Nous nous abstiendrons sur cette délibération

Published by pcf colombes
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 12:38

Madame le Maire

 

Lors de la CAO sur ce marché j’ai refusé de prendre part au choix de la société invoquant un désaccord politique qu’il convient d’expliquer ici en Conseil Municipal, lieu de débat politique que n’est pas la CAO.

Le marché externalise le travail réalisé par les agents de la ville du service EBA (Entretien des Bâtiments Administratifs).

Contrairement à votre engagement de campagne électorale au travers de la lettre que vous avez distribué au personnel que j’ai là et je vous cite :

« Dans le cas d’un mouvement en ma faveur lors du prochain scrutin, j’ai le désir profond de conduire une politique qui valorise le travail de chacun », « par ailleurs je souhaite vous accompagner au mieux et vous apporter toute la considération que vous méritez. ».

Il y a un fossé entre vos désirs de l’époque et la réalité que vous allez faire vivre aux personnels EBA. Quel bel exemple de valorisation de travail et de considération

Ce marché d’externalisation ce n’est pas moins d’une vingtaine de postes qui vont être supprimés tout cela masqué par le terme « redéploiement » que vous ne manquerez pas d’utiliser en repositionnant ces personnels (les titulaires en tout cas) dans un autre service EBS par exemple, mais je vous pose la question que vont devenir les contractuels du service EBS… ?

Les masques tombent…

Le personnel est la variable d’ajustement, c’est un fil non pas conducteur, mais destructeur de notre Conseil de ce soir en lien avec le tableau des effectifs de la délibération 28.

Nous ne cautionnons pas ce choix politique reniant vos engagements en maltraitant le personnel à qui vous avez menti.

Nous voterons contre cette délibération

Published by pcf colombes
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 12:33

Madame le Maire

Je ne reviendrai pas sur ce que mon collègue Yahia Bouchouicha à déjà pointé au sujet du personnel communal lors de son intervention sur le Budget supplémentaire.

Ma première question concerne la DPVA et la suppression de 6 postes  est-ce la confirmation de la rumeur de fermeture des mairies de quartiers Europe et Wiener ?

Par ailleurs je constate à travers ce tableau des effectifs que la culture, la jeunesse, et la prévention sont en première ligne des suppressions de poste.

Par contre tout ce qui tourne autour de la sécurité/surveillance bénéficie d’un delta positif de 7 postes avec 8 suppressions pour 15 créations

Ce constat montre bien vos choix politiques assumez les

Loin de moi l’idée de dire que la sécurité de nos concitoyens n’est pas primordiale mais tous les autres secteurs le sont autant. Il est essentiel de vous redire qu’un juste équilibre entre les actions culturelles, les actions en direction de la jeunesse, les actions de prévention  et les actions de sécurité est nécessaire à la cohésion de notre ville.

Published by pcf colombes
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 11:14

Les budgets et  en l’occurrence le BS sont la traduction des choix et des orientations politiques.

 

Comme vous évoquez souvent les  politiques de vos prédécesseurs nous voulons  rappeler  à l’occasion de ce budget supplémentaire vos décisions d’hier qui sont de retour, nous allons l’illustrer.

 

Les choix politiques que vous faites ne doivent pas s’abriter derrière les soit disant mauvaises gestions de vos prédécesseurs.

 

Ce sont vos choix et il faut  les assumer auprès des  Colombiens.

Dans ce cadre,  pour l’information de nos concitoyens nous voulons rappeler nos positions sur les choix budgétaires au cours des dernières périodes

 

Au cours du mandat qui vient de s’achever,  nul ne peut contester le rôle déterminant des élus  communistes dans cette instance, pour  ne pas alourdir la pression fiscale, qu’avaient subie nos concitoyens pendant votre première mandature.

 

Nous avons également toujours dénoncé les ponctions  budgétaires imposées aux collectivités locales et nous continuerons de les combattre et  les  dénoncer ces car  nous n’acceptons pas les politiques d’austérité d’où qu’elles viennent.

 

Nous avons toujours agit,  pour apporter des réponses  aux besoins des colombiens et  maintenir un  bon niveau de prestations sociales dans notre ville et plus particulièrement dans l’action sociale, car nous le savons cela permet à celles et ceux qui bénéficient de ces prestations de garder leur place dans la société.

 

 Notre intervention lors du débat d’orientation budgétaire 2014 pointait ces deux exigences,  le non augmentation de la fiscalité et le maintien des priorités affichées dans le domaine de l’action sociale entre autres.

 

Nous allons maintenant aborder les éléments mis en avant dans votre budget supplémentaires.

 

En ce qui nous concerne il n’y a pas de surprises il prépare un budget 2015 d’austérité,  la même politique que le gouvernement.

Les colombiennes et colombiens vont ainsi  subir la double peine.

 

Dans le rapport  de présentation du BS 2014 vous affirmez avoir engagé un plan d’économie pour financer le dérapage de la masse salariale.

Pourquoi ne vous êtes vous pas appliqué à vous même ce principe ?

 

Je vous rappelle que parmi vos premières décisions vous avez augmenté les  indemnités de votre majorité de plus de 54000 euros.

Les efforts sont toujours pour les autres.

 

Nous avons examiné votre document,  les services à la population et les employés communaux  vont pâtir de votre politique.

Il est temps aujourd’hui d’affirmer clairement que le personnel est au regard de votre début de mandat, la variable d’ajustement budgétaire avec la suppression de la NBI mais pas seulement.  La preuve en est donné par les modifications du tableau des effectifs qui entre le conseil municipal de septembre et celui de ce soir est amputé de 20 postes puisque vous supprimez 52 postes pour n’en créer que 32.

 Derrière ces chiffres il y a des femmes et des hommes impliqués dans les services rendus à la population que vous maltraitez et qui du fait de vos orientations politiques se retrouvent dans l’incertitude et la crainte des lendemains c’est scandaleux et inacceptable.

On voit le mépris dont lequel vous tenez les employés communaux.

Nous n’allons pas aborder ligne par ligne le document les chiffres parlent d’eux même.

En résumé et pour la compréhension de tous votre début de mandat c’est :

-suppression de personnel et parmi ceux-ci chasse aux sorcières à CHP.

 

- suppression de la NBI et baisse de pouvoir d’achat des agents municipaux

-suppression de services rendus à la population

-suppression de consultations spécialisées au CMS

-Attaque en règle contre le logement social

-menace de fermeture des mairies de proximité

- baisse de moyen au CUCS

 

 

Nous allons conclure notre intervention.

 

Nous rencontrons  des Colombiennes et Colombiens inquiets des conséquences de votre politique.

Nous partageons leur préoccupation et comptez sur nous pour résister avec leur soutien au démantèlement de nos services publics locaux

 

Published by pcf colombes
commenter cet article